Les Ipads à l’école : Oui mais non

Je suis un innovateur, et j’ai tendance à adhérer aux nouvelles technologies facilement. Aussi j’encourage mes 3 enfants à se familiariser rapidement avec celles-ci et je veux qu’ils soient tous très allumés en la matière. Mon point : les métiers de demain nécessiteront l’usage de technologies encore inconnues aujourd’hui, maîtriser les outils d’aujourd’hui serait donc la base pour apprendre ceux de demain.

Plusieurs insistent que les iPads sont nécessaires puisqu’ils représentent l’avenir et que nos enfants doivent les utiliser à l’école. Je ne suis pas d’accord.

J’adore ces appareils, tous les appareils Apple sont d’une qualité supérieure et offrent une ergonomie efficace. Mais il est faux de dire que ce sont les seuls. La très grande majorité des appareils de type tablettes sont aujourd’hui très efficaces côté ergonomie et facilité d’utilisation.

Je suis d’avis que l’usage d’appareils électroniques en classe  et comme outil pédagogique est nécessaire. Mais pas pour « garder l’attention des élèves », c’est vraiment pas la bonne raison. Depuis longtemps que les ordinateurs font partie des classes, pour ma part en 4e année du primaire (en 1983) j’ai été initié au LOGO sur des appareils Apple. L’objectif était de nous apprendre les rudiments de l’informatiques par l’apprentissage d’une forme de programmation simple nous permettant de « dessiner avec un programme ».

Aujourd’hui, les outils technologiques sont présents dans tous les milieux, il n’est plus la responsabilité de l’école de faire l’initiation. Disons que l’informatique est devenu aussi essentielles que le français ou les maths. (Je vois déjà les gros yeux de plusieurs, laissez-moi continuer) Je crois que c’est une série de notions qui doivent être enseignées à tous les élèves (comme toutes les matières de base : géographie, histoire, anglais, français, maths, arts, etc), on enseigne les maths à l’école primaire mais pas la physique quantique ou la théorie des nombres dans son entièreté, on enseigne le français aussi mais on ne demande pas à nos enfants de devenir des auteurs à succès. L’informatique est dans le même créneau, ils (et elles) doivent très tôt apprendre comment les utiliser correctement, comment choisir les bons outils (logiciels et appareils) et ils ne deviendront pas tous informaticiens. On leur répète souvent que le français et les maths leur seront utiles tout au long de leur vie, peu importe la carrière qu’ils choisiront, c’est aussi vrai pour l’informatique. Je vois très rapidement venir le jour où une personne incapable d’utiliser un ordinateur sera considéré comme un analphabète.

Alors comment s’y prendre ? Est-ce nécessaire de forcer tous les élèves à avoir un iPad ? Non.

Nos enseignant doivent d’abord être mieux accompagnés et encadrés, elles doivent avoir un « programme éducatif » et les ressources nécessaires pour le mettre en oeuvre. Mais la grande difficulté avec ce programme c’est qu’il sera constamment en changement. Aujourd’hui on parle de iPad et de Facebook, mais dans 3 ans ce sera autre chose. Le rythme de l’innovation est déjà rapide et il ne cesse de s’accélérer. Il faut donc aussi révolutionner le développement de programmes éducatifs. Ce qui aura des impacts positifs sur le matériel pédagogique. On  doit donc donner les outils à nos jeunes pour l’avenir,et aussi à nos enseignants. Prenez pour exemple la démarche « hour of code » qui encourage tous et chacuns à faire une heure de programmation par année avec un outil ludique et simple sur le site code.org.

Il faut que l’école cesse d’être constamment en retard sur les familles. Mais attention, est-ce bien nécessaire de fournir des appareils de la plus haute gamme ? Est-ce que l’objectif est de simplement remplacer les bouquins par des tablettes de lectures ? Si oui pourquoi ne pas acheter des Kindle ou kobo ? Si l’objectif est de leur apprendre l’informatique, ce sont des ordinateurs qu’il faut fournir… À l’école on doit lire et écrire, écouter et créer, calculer et démontrer… En effet les iPads sont de bons outils pour la plupart de ces activités, et les outils se sont déjà améliorés pour les aspects créatif et démonstratifs mais il reste encore du chemin à faire. Les micro-ordinateurs sont encore les meilleurs pour ce faire.

Mais les ressources financières sont limitées, alors quoi faire ? Il faut « planifier » et comme je le proposais plus haut, il faut un « programme ». Je ne prétend pas avoir la solution parfaite mais je peux proposer un point de départ. Il est important de maximiser la rentabilité de nos investissements, puisqu’ils n’ont pas une longue espérance de vie. On ne peut espérer plus de 3 ans dans les conditions actuelles. Il faut donc acheter des appareils moins chers mais tout autant utiles.

Je propose de regarder des livres électroniques pour les 1ere et 2e du primaire (kobo ou kindle) parce que beaucoup moins chers et assez résistants pour les laisser aller à la maison. Ces appareils sont aussi capables de servir tout au long de leur cheminement scolaire (un premier au primaire et un nouveau pour le secondaire). Et ensuite, il faudra proposer des micro-ordinateurs de type portables (laptop), et pour cela je suggère les Chromebooks avec l’écosystème de « Google for classroom » qui donne des outils extraordinaires aux enseignants. Les appareils coûtent moins de 300$ chacun et proposent plus de versatilité que les iPads. Ces appareils devront ensuite être renouvelés aux 3 ou 4 ans jusqu’à la fin du secondaire.

Alors, message au ministre de l’éducation : « Il nous faut un plan, et un vrai. Laissez aux écoles le loisir de choisir quels outils seront utilisés pour enseigner les notions du programme et identifiez des budgets pour les outils technologiques et pédagogiques. »

Je suis toujours à l’écoute de vos commentaires et questions, en espérant que ce billet suscite plusieurs belles interactions.

votre geek

 

 

Publicités

La guerre du flash est toujours active

Et oui, flash vit toujours… Malgré les nombreuses attaques de Steve Jobs à l’époque, il a perduré est toujours en usage autant sur le web que sur les appareils Adroids.

Rappelons-nous qu’à l’époque du iPhone 4, en 2010, Steve Jobs avait lancé un coup de canon vers Flash en annonçant son retrait définitif de la plateforme mobile iOS. La plateforme de développement était trop gourmande en matière de batterie et n’offrait pas une expérience web complète.

Pour continuer sur cette histoire, Google avait répondu qu’Android et Chrome allaient continuer à supporter Flash, tout en favorisant HTML5.

Nous voici donc aujourd’hui, en 2015, flash est encore vivant et très présent en termes de plateforme de logiciels WEB. Oui plusieurs outils web très riches s’exécutent en flash. Vous ne le voyez pas mais la plupart des jeux sous Facebook sont programmés avec ce language, à titre d’exemple. Il y a aussi plusieurs sites de diffusion de vidéos en ligne qui utilisent la plateforme de Adobe. Sans oublier plusieurs publicités très ennuyantes qui s’exécutent automatiquement sur certains sites.

Or voilà que Google annonce le début d’une nouvelle phase de cette guerre au Flash. Dès demain le 1er septembre, tout vidéo flash qui n’est pas central au site que vous visitez avec Chrome sera par défaut mis en pause. La compatibilité demeure, mais l’exécution automatique des vidéos est suspendue.

C’est une excellente nouvelle, et une raison de plus de continuer à favoriser Chrome comme navigateur par défaut. l’objectif de Google est officiellement de réduire votre consommation de batterie et de bande passante, mais … il y a certainnement des raisons commerciales sous-jacentes.

Gageons que cela fait partie d’une stratégie commerciale pour aider Adwords, Youtube et Google Plus, qui font tous usage prioritairement du javascript et du HTML5. Ce qui est déjà connu c’est qu’il sera dorénavant interdit de diffuser des publicités Adwords en flash…

En plus de Google, il y a Amazon qui en remet et qui a elle aussi annoncé une attaque contre flash pour le 1er septembre… Ils n’accepteront plus de publicité flash sur aucune de leur plateformes. Mais la raison est toute autre. C’est en réaction aux annonces des manufacturiers de navigateurs qui ne supportent plus l’exécution automatique. C’est parce que les publicités ne fonctionnent plus et ils veulent pouvoir vendre de la pub.

Alors selon moi c’est la fin de flash. Dans 12 mois, flash sera mort, Adobe annoncera son retrait progressif et on pourra passer à autre chose. Si vous êtes un développement flash, assurez-vous de passer à un autre language rapidement, c’est le meilleur conseil que je puisse vous donner. Si vous êtes une entreprise qui a fait développer une application maison en flash, commencez maintenant à planifier son remplacement dès maintenant.

Cette guerre est à finir, selon moi il est grand temps d’y mettre fin. Depuis longtemps nous savons que Flash est lourd et dangereux, plusieurs trous de sécurité ont été corrigés mais il en reste encore. Et avec les changements en cours présentement dans les modes de connection, cette plateforme n’a plus sa place.

 

La couverture olympique

Suite à la publication de ce message par le HuffPost, je me permets une réflexion : A Friendly Message To Our Neighbours In The U.S. – http://huff.to/1gv6j6F

C’est carrément »overkill » ! A-t-on vraiment besoin d’une couverture aussi forte? Je m’exprime rarement sur la politique dans ce blogue, mais aujourd’hui je ne peux m’empêcher… Plus de 1500 heures de couverture olympique au Canada versus 539 aux USA ??? On est 10 x moins ! et on a 3 x plus de couverture ? Sérieusement, était-ce nécessaire ?

Ok, le geek en moi est bien heureux de voir une utilisation aussi complète des nouvelles technologies et des « nouveaux médias »… Je suis étourdi par la qualité des vidéos que je peux voir sur ma petite tablette Nexus 7 en FULL HD… Si j’avais du temps, je serais constamment en train d’écouter les olympiques… Mais comme la plupart des Canadiens, je dois travailler ! Alors je ne consomme que quelques minutes de contenu chaque jour… Ce n’est donc pas nécessaire de m’offrir autant d’heures… Et en plus, d’un poste à l’autre c’est souvent le même évènement avec les mêmes commentateurs…

Vous en pensez quoi vous autre ???

 

Lien

The Neat, « Crow’s Nest » Workspace

http://lifehacker.com/the-neat-crows-nest-workspace-1522164195?utm_campaign=socialflow_lifehacker_facebook&utm_source=lifehacker_facebook&utm_medium=socialflow

Voici un setup pas mal cool!  J’aimerais bien faire quelque chose du même genre…  L’environnement de travail est très important pour un geek, bientôt je vais vous montrer le mien…

Le BYOD c’est quoi ? Est-ce pour vous ?

Expliquer en quelques lignes le BYOD n’est pas simple. Mais je pense pouvoir relever le défi.

Évidemment l’acronyme est anglohone : Bring Your Own Device. Une traduction possible est : Apportez votre appareil personnel.

C’est une tendance lourde dans le milieu des technologies. Tous les magazines, tous les sites webs, presque tous les bloggeurs et diffuseurs de contenus ont déjà parlé de celle-ci. Alors pourquoi encore en parler ? Parce que 2014 sera selon moi l’année où cette pratique sera mise à l’épreuve. C’est cette année que l’on verra si elle est viable dans l’entreprise.

Les concepts sont simples, une entreprise qui choisi le modèle du BYOD prend une décision lourde de conséquences. Les employés doivent dorénavant apporter leurs outils technologiques. Un peu comme dans un garage ou dans le milieu de la construction; on part du principe que l’employé est responsable de son habillement, de ses lunettes mais aussi de son micro-ordinateur, de son téléphone, de sa tablette, de son marteau et de son coffre à outils. Il reste quelques équipements qui demeurent la responsabilité de l’employeur, ceux qui sont partagés, comme le photocopieur, les serveurs, le service de courriel etc…

Alors, certains considèrent l’idée bonne, d’autres complètement loufoque. Rien n’empêche que c’est une tendance assez lourde dans l’industrie.

Mais pourquoi c’est important ? Et bien voila :

Comment arriverez-vous à protéger vos infrastructures d’entreprise si vous permettez à des appareils qui ne vous appartiennent pas de s’y connecter ? Comment vous assurer que les informations sensibles de votre entreprise ne vont pas devenir accessible à des groupes de Hackers qui les revendront demain matin à vos compétiteurs ? Comment vous assurer qu’un virus ou un autre logiciel malveillant ne viendra pas infecter votre infrastructure après qu’un de ces appareils personnels de s’y soit branché ? Si vous permettez à vos employer de télécharger des documents sur leurs appareils comment vous assurer que ceux-ci seront effacés dans les cas de perte ou de vols d’appareils ?

C’est pourquoi plusieurs entreprises de logiciel ont introduit la gamme de produit appelés MDM : Mobile Device Management. Grâce à ces outils, vous pouvez sécuriser les appareils et vos réseaux d’entreprise et permettre la cohabitation harmonieuse des appareils. Certains outils permettent même d’installer sur l’appareil mobile une zone d’entreprise sécurisée, de forcer l’installation de certains outils corporatifs et même de permettre l’installation d’application maisons sans passer par le appStore du manufacturier.

C’est un pensez-y bien, et que vous le vouliez ou non, vous y serez confrontés tôt ou tard.

les livres audio… j’adore !

Oui pour moi un livre audio demeure toujours un livre… Je me permet même de dire que je lis un livre audio! Je sais que c’est un peu ridicule car l’action de lire doit se faire d’abord avec les yeux …

Je suis abonné à www.Audible.com depuis plusieurs années; mon premier fut Red Rabbit de Logo Audible.comTom Clancy en 2002 qui m’a immédiatement conquis !

Et permettez-moi de vous recommander Ender’s Game par Orson Scott Card… un chef d’oeuvre ! Autant l’histoire que la lecture par Stefan Rudnicki,et Harlan Ellison… Ce fut une semaine intense de lecture, un 12 heures de pur plaisir !

Ce que j’aime dans le livre audio ?  la liberté de pouvoir consommer de merveilleux bouquins en faisant d’autres choses… en conduisant ma voiture, en faisant le ménage, en faisant de l’exercice… Habituellement, la lecture implique de ne pas bouger, et oui à l’occasion j’aime bien prendre le temps de relaxer avec un bon livre, papier, électronique ou audio… Mais parfois je n’ai pas le temps, mais je veux le lire quand même, alors go pour la version audio!

Ce que j’aime moins ? Pour certains ouvrages plus lourds, reliés au travail par exemple, c’est plus complexe de suivre, il faut télécharger certains tableaux et graphiques… C’est donc un peu moins approprié.

Et vous, avez-vous essayé ! est-ce que je vous ai donné envie d’essayer ?? parlez-moi un peu !

Voici un bon article qui explique comment publier un livre audio… et surtout en faire la promotion… http://www.linkedin.com/today/post/article/20130829171450-2484700-how-to-create-an-audio-version-of-your-book?trk=mp-reader-card par Guy Kawasaki

Playaway solid-state audiobook device

Playaway solid-state audiobook device (Photo credit: Wikipedia)

Des jeunes responsables

Vous en connaissez certainement au moins un, un ado responsable…

Ce billet fait suite à mon propre billet et surtout à un article publié dans le journal de Québec le 19 octobre dernier : http://m.journaldequebec.com/2013/10/19/un-ado-de-13-ans-fuit-la-police-comme-le-heros-de-son-jeu-video-grand-theft-auto

Cet article est beaucoup trop court, car il y a des milliers de choses à dire sur le sujet. Je vais vous en donner quelque exemples… Le but de mon intervention ici c’est de faire réagir, de faire réaliser le danger et de responsabiliser quelques parents. Et ici je ne parle pas uniquement du fameux GTA (grand Theft Auto) mais de tous les jeux pour 17 ans et plus mais aussi des films…

Premièrement, je le répète encore, si un jeu ou un film est « coté » 17 ans ou plus, c’est pas toujours des conneries ! Et ne vous fiez pas au jugement de votre enfant pour décider, faites-le vous-même ! Écoutez le film ou jouez le jeu. Chez moi c’est un règlement, avant de jouer à un jeu qui n’est pas dans leur créneau d’âge, je dois le jouer et ensuite juger.

Ensuite, il faut faire comprendre au jeune qui joue à un jeu adulte, que c’est justement un jeu d’adulte et que s’il veut le jouer il doit avoir le jugement requis. Il doit le prouver et de démontrer régulièrement. En particulier dans les minutes qui suivent une session de jeu, faites le test : discutez avec eux, posez des questions sur plein de sujets, de l’actualité par exemple ou de ses amis… Vous pourrez ainsi constater de son état d’esprit et potentiellement des impacts du jeu sur sa personnalité.

Si, comme moi, vous avez plus d’un jeune qui veut y jouer, ça semble plus complexe. Si on accepte que le plus vieux joue, comment faire pour empêcher le plus jeune ? Voila un autre façon de juger de la maturité de notre aîné… On lui demande de contribuer, il comprend la nature violente de son jeu et donc pourquoi son jeune frère ne peux y jouer. Alors s’il accepte de ne pas jouer en sa présence, il aura un privilège d’y jouer à un autre moment. Si la différence d’âge est petite et que le jeune démontre une attitude adéquate, il pourrait avoir la permission de jouer, seulement en la présence de son frère aîné et/ou d’un adulte.

Finalement, mon expérience de père me permet de vous dire qu’on a le droit de changer d’idée… Et de commencer dès maintenant à « serrer la vis », ce sera entre autre un excellent test de maturité pour votre ado: sa réaction vous en dira long et vous donnera probablement des arguments supplémentaires. Je n’ai pas peur de dire que c’est une question de santé mentale, une exposition non-contrôlée à ce genre de jeu ou de films peux causer des troubles très rapidement qui seront difficiles à corriger. Et commencer à jouer à ces jeux vous donnera des divertissements supplémentaires, et une crédibilité sur leu sujet. Vous êtes mauvais aux jeux vidéos ? C’est pas comme cela que vous allez aider vos enfants, un petit effort SVP!

Pour conclure sur le sujet, je me demande encore comment un jeune de 13 ans peut en venir à croire qu’il peut emprunter la voiture de sa grand-mère pour aller reconduire son ami… ET QUI PLUS EST, à 3hAM un mercredi ?!? Madame ! reprenez le contrôle sur votre jeune ! Il a de l’école tous les mercredis… Et à 13 ans, l’école c’est LA priorité ! Ne jetez pas le blâme sur GTA (ou les jeux vidéos), s’il avait eu un encadrement adapté, ce jeune se serait couché à une heure adéquate, et  donc un adulte aurait été disponible pour aller reconduire l’ami… C’est une longue chaîne d’événements qui explique ce qui s’est passé… Et le jeu vidéo n’est qu’un prétexte pour sensibiliser les gens.

SOYONS RESPONSABLES ! c’est le meilleur exemple à donner à nos enfants !

Continuez à lire mon blog : www.cboulet.info

…encore une fois, partagez ce message et commentez-le !