Les lunettes GUNNAR

Les lunettes GUNNAR

Vraiment intéressant ce concept ! des lunettes optimisées pour réduire la fatigue de l’œil pour les informaticiens, ou utilisateurs intenses de l’informatique (incluant les gamers). Avez-vous déjà vécu une situation pareille ? Fin de journée épuisante, avoir passé la journée rivé à votre écran à réviser des textes sur traitement de texte. Le fond blanc avec les écritures fines… Les yeux secs, une tendance à voir un peu plus flou que normal, peut-être les yeux qui tremblent voire même un début de mal de tête ? C’est de la fatigue oculaire. Vous n’avez pas suivi la recette du 20/20/20 ? ha vous ne la connaissez pas ? Je vous explique: Chaque 20 minutes, regarder quelque chose à environ 20 pieds pendant 20 secondes… ceci permettra à votre œil de se reposer et de reprendre le travail. Simple non ? Mais parfois c’est pas suffisant, ni possible.

Il y a donc des entreprises qui ont compris, ils ont inventé des lunettes pour nous aider. Ce sont en fait une combinaison de facteurs qui semblent en faire un produit parfait pour le geek ! Une lentille courbe qui est plus proche du visage et réduit les mouvements d’air (donc des yeux moins secs), on parle aussi de géométrie mieux adaptée pour améliorer les détails. Ensuite on a un verre de très haute qualité ainsi que d’un traitement anti-reflets et de dureté supérieur.

Ce qui en fait sa distinction évidente c’est la teinte. Le verre est de couleur ambre. Mais un très léger ambre. Qui ne fait que aider à voir les contrastes mais aussi à filtrer la lumière (artificielle et celle des écrans), donc les lumières à haute intensité le sont un peu moins. Évidemment ce n’est pas une teinte majeure donc en plein jour elle ne nous protège pas, mais au travail et dans les loisirs c’est pas mal intéressant.

Les Gunnars peuvent être achetés en ligne via : Gunnars.com autant les lunettes normales que celles avec prescription. Mais elles sont aussi disponible chez quelques opticiens indépendants. J’ai fait mes recherches. Le vidéo suivant de 5 minutes est excellent pour comprendre ce que c’est que le I-AMPlant ( prononcé eye implant pour implant oculaire, geek au coton non ?) : 

Je ne possède pas de telles lunettes, mais j’ai eu la chance de les essayer. J’ai trouvé un opticien extraordinaire, avec un service plus que A1. C’est à Charlesbourg que se cache cette petite merveille, Poulin Opticien est au 5020, 1re Avenue Charlesbourg G1H 2T7.  Téléphone : (418) 622-7566.  Je me permet de leur faire cette pub sans attentes. Je suis certain qu’ils sauront vous servir avec le même sourire auquel j’ai eu droit.

Sérieusement je songe très fortement à en acquerrir une paire pour vraiment savoir de quoi je parle… C’est à suivre.

Publicités

Les informaticiens…

J’ai envie de démarrer une série de billets sur le métier d’informaticien… Comme j’en suis un professionnellement depuis 15 ans et dans le privé depuis plus de 30 ans je crois en avoir vu plus d’un et j’ose essayer d’aider la communauté que nous formons à s’améliorer.

Récemment dans ma ca537907_94341228rrière j’ai été appelé à participer plus activement à des efforts d’Architecture d’Entreprise ou de Gouvernance des TI. Je vais donc essayer de vulgariser ces deux dossiers tout en y allant de mes opinions et conseils sur les meilleures pratiques.

Si vous voulez suivre le fil, utilisez le mot clé « informaticien ».

Je me lance. Mon premier sujet sera le papier. OUI LE PAPIER !

En tant qu’informaticien nous en avons encore besoin, plus que jamais ! Ok, la version électronique de ce média fait très bien l’affaire, mais l’idée est de « rédiger » ou « écrire » ce que nous savons, ce que nous devons faire, et ce que nous avons fait. Plusieurs de mes clients utilisent une méthode, ou un cadre méthodologique, tel que le Guide Vert du Macroscope, développé par DMR conseil (maintenant Fujitsu Consulting). Cette méthode génère beaucoup de documents, souvent trop longs selon moi. Mais au moins elle a le mérite de forcer la rédaction. Mon point est le suivant : Si vous ne pouvez écrire de manière concise votre problématique, les chances de réussir à la résoudre sont très faible. Je parle ici de quelques lignes, maximum une page recto-verso pour les problèmes vraiment complexes. Évidemment il faut savoir quoi écrire.

  • une petite mise en contexte (5 lignes);
  • une liste des personnes impliquées;
  • un résumé de la problématique connue

et ensuite on peut ajouter les enjeux, embûches prévues, contraintes de temps ou autre…

et voila ! 

Et maintenant il n’en tient qu’à nos gestionnaires en TI de toujours exiger ce genre de document. Une fois la démarche débutée sur un document, les chances qu’il se poursuive ainsi sont très fortes, puisque les gens voudront s’assurer de bien répondre aux besoins et se référeront au papier original. Alors gestionnaires TI, assumez votre position de leadership et exigez une méthode de résolution de problèmes clairement documentée et de préférence uniforme dans votre équipe. Tout le monde vous remerciera et vous aurez des résultats des plus gratifiants !